[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Physalis bio antioxydant naturel puissant

Famille: Solanacées
Origine: Europe, Asie, Japon
Période de floraison: mai
Couleur des fleurs: blanc
Exposition: soleil, mi-ombre
Type de sol: riche en compost, drainé
Acidité du sol: neutre, calcaire accepté
Humidité du sol: neutre, calcaire accepté
Utilisation: massif, potager, fruits séchés
Hauteur: de 50 à 60 cm

Lanterne japonaise ou chinoise

Lanterne japonaise ou chinoise

Type de plante: fleur, fruits décoratifs
Type de végétation: vivace, annuel pour certaines espèces comme Physalis philadelphica
Type de feuillage: caduc
Rusticité: moyennement rustique, prévoir une protection hivernale dans les régions nord
Plantation, rempotage: printemps
Méthode de multiplication: semis en mars-avril, division de la touffe en tranchant à la bêche, bouturage
Taille: Plante à tendance envahissante
Espèces, variétés intéressantes: Le genre comprend une centaine d’espèces
– Physalis alkekengii ‘Franchetii’ aux fruits oranges
– Physalis peruviana, Physalis edulis , est le fameux coqueret du Pérou ou groseille du Cap avec son fruit jaune au centre de la lanterne – 10°C mini, non rustique – originaire d’amérique du sud
– Physalis philadelphica , est le coqueret à fruit violet ou tomate du Mexique – espèce annuelle – forme un buisson jusqu’à 2 m de hauteur
– Physalis ixocarpa , le tomatillo est populaire au Mexique, il est à la base de la sauve verte Salsa
– Physalis oxycarpa est annuelle
– Physalis heterophylla est originaire d’amérique du nord
– Physalis pruinosa la cerise de terre est elle populaire au Québec
– Physalis franchetii le coqueret de Franchet est originaire du Japon, il est très proche de Physalis alkekengii
Maladies et ravageurs: les aleurodes, les pucerons, la rouille
Toxicité: Le fruit est comestible à maturité (avant il est toxique !) , son goût est sucré et acide, proche de celui de la tomate. Attention, toutes les espèces ne sont pas comestibles.

Physalis alkekengi est une plante vivace rhizomateuse, légèrement duveteuse, à la tige érigée, parfois ramifiée et qui atteint des hauteurs comprises entre 20 et 60 cm, voire plus. Ses feuilles vertes sont pétiolées, ovales et finissent en pointes fines. Leurs bords peuvent être dentés ou lisses. De forme plus ou moins étoilée, les fleurs blanches ou blanc-crème apparaissent dès le mois de mai. Solitaires, elles s’accrochent à la partie supérieure des tiges, par de longs pédoncules.

A l’automne, la floraison de l’amour en cage somme toute sans grand intérêt, laisse place au fameux calice rouge orangé, en forme de lanterne. A l’intérieur, se cache une baie orange, de la taille d’une cerise. A maturité, la paroi du calice devenue très fine, voire dentelée, laisse apparaître le fruit.

Cultiver l’amour en cage

Trouvant ses origines en Europe et en Asie, on peut rencontrer l’amour en cage en liberté, dans les champs ou dans les vignes. Mais c’est avant tout une plante très cultivée pour ses fruits extrêmement décoratifs.

Les semis de cette Physalis débutent au mois de mars et se terminent à la fin du mois d’avril. Les graines sont placées à ½ cm de profondeur dans des godets ou en terrine, en respectant un espacement de 3 cm en tout sens. Le tout est placé dans un endroit dont la température oscille entre 16 et 20°C. Il est possible de repiquer les plants de 1 mois, en avril, sous châssis ou en godets. Si vous procédez sous châssis, respectez un espacement de 10 cm entre chaque plante. La plantation a lieu à partir de la deuxième moitié du moi de mai. L’exposition doit être chaude et ensoleillée et le sol bien drainé. Compte tenu de sa capacité à s’étaler, un pied aura besoin d’un espace libre d’au moins 1m en tout sens. Un plus : apportez du compost lors de sa mise en place.

Tant que les nuits seront fraiches, protégez vos cultures d’un tunnel ou d’un voile d’hivernage. Quelques binages et arrosages suffisent à son entretien.

L’amour en cage a tendance à se coucher en raison de ses tiges fragiles. Pensez à les tuteurer. Autre penchant du coqueret : il peut devenir envahissant. Un espace clôt lui conviendra.

Récolte et utilisations

Les tiges ornées de lanternes sont coupées lorsque ces dernières commencent à se teinter pour en faire des bouquets.

En ce qui concerne les espèces comestibles, à partir du mois d’août, vous pouvez cueillir les fruits, s’ils sont bien mur ; la baie est alors orange et le calice est presque sec.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*